Blabla

Vivez pour vous, non plus pour les autres

1157697_10151783722974936_860218587_n.jpg

Ça peut paraître surprenant, au premier abord, de lire un titre comme celui-ci. Il devrait paraître évident que si l’on vit c’est pour soi, et non pour les autres. Sans pour autant, bien entendu, tomber dans un puits sans fond d’égoïsme. Pourtant, je suis convaincue que tout le monde ne vit pas pour soi.

Mais pourquoi est-ce que je vous parle de ça ? Eh bien en fait, c’est ce blog qui m’a poussé à la réflexion, sur la confiance que je m’accorde, et ma capacité à vivre pour moi-même. Et j’arrive à la conclusion que, si c’est en bonne voie, ce n’était pas le cas il y a de cela encore quelques mois et ce n’est pas encore du tout cuit.

J’ai beaucoup de mal à me faire confiance. J’ai une assez grande curiosité et ouverture au monde qui m’entoure, ce qui me pousse à m’intéresser à beaucoup de choses, dans lesquelles j’ai envie de partager, d’apporter ma touche personnelle ou mon simple ressenti. Le problème, c’est que je vais difficilement (pour ne pas dire jamais) au bout des choses. Et je pense que ça vient de ma façon d’établir des priorités : les autres avant moi, par peur de vexer, de décevoir, pensant que ce qui me plaît n’a pas d’importance.

Et là je me dis, « ma vieille, à 22 ans il est temps de te secouer les puces et de faire des choses pour toi aussi, un peu ». Parce que les autres, eux, ne vivent pas pour nous, et c’est bien normal. Je ne dis pas que j’attends un retour, mais que je devrais, et que tout le monde devrait trouver cet équilibre là. Et après tout, au nom de quoi les gens qui nous apprécient pourraient-ils nous en vouloir de nous consacrer à quelque chose que nous aimons, et qui nous ressemble donc forcément ? Le regard des autres influence beaucoup trop nos choix, alors que finalement, le fait qu’ils soient satisfaits de nos choix ne nous aidera pas spécialement à se sentir bien si ce n’est pas ce que l’on se souhaitait. Alors dites, pourquoi on s’embête comme ça à se demander ce que vont en penser les gens ?

Bloguer, c’est pour moi l’illustration parfaite de cette problématique. Je connais trop de personnes qui ont des choses à dire, des passions à partager, des émotions à exprimer, mais qui se freinent d’une manière ou d’une autre par peur du regard des gens. Et pire, par peur du regard de personnes qui ne savent rien d’eux que ce qu’ils veulent bien montrer. Je trouve ça tellement dommage d’aller jusqu’à calculer avec minutie chaque petit détail que l’on va révéler de soi, en s’imaginant instantanément être reconnu et donc forcément jugé. Vous êtes intéressant au même titre que n’importe qui, et vous n’avez pas moins le droit de vous exprimer que quelqu’un d’autre. Et pourtant, j’ai été la première, en créant ce blog, à vouloir absolument me protéger de l’extérieur. C’est avec beaucoup de réticence de je songeais à partager jusqu’à mon pseudonyme et mon âge, jusqu’à ce que je réalise c’était peut-être précisément pour cela que je finissais par ne plus voir l’intérêt de ce que je faisais dans mes précédentes tentatives de bloguer. Du coup, j’essaie de me soigner, en postant timidement ma propre photo, et en me disant des autres, qu’ils me jugent, je m’en fiche. Le soleil brillera toujours demain matin, et la maison ne va pas s’écrouler. En attendant j’écris, je parle de ce que j’aime, je me fais plaisir, et c’est d’autant plus satisfaisant que de s’en priver dans « l’éventualité que ».

Comme on dit « il faut s’aimer soi-même avant d’aimer les autres », je pense qu’il faut surtout arrêter de se demander si les autres nous aiment, voire même arrêter d’accorder de l’importance au fait que l’on nous apprécie, nous ou notre travail, pour aimer ce que l’on fait et l’assumer. J’écris ces quelques dernières lignes comme une lettre ouverte à tout ceux qui comme moi, ont la tête bourrée d’envies et de projets, mais qui ne les portent pas, pas jusqu’au bout, ou dans la discrétion la plus totale par peur d’être jugé ou montré du doigt. Personne ne vivra pour vous si vous ne le faites pas pour vous-mêmes. Alors rappelez-vous pour commencer que vous n’êtes pas seul(e)s car nous sommes une communauté, lancez vous sans plus attendre, et aimez ce que vous faites, parce que dans le fond, c’est aussi ce que vous êtes, et vous avez le droit d’en être fiers.

Loly.

Publicités

9 réflexions au sujet de « Vivez pour vous, non plus pour les autres »

  1. Whouahou ! Merci pour cet article… Il me touche vraiment, parce que je partage mot pour mot ta pensée… A trop vouloir se protéger (ma maman me répétait sans cesse de ne pas trop me dévoiler sinon les gens pourraient se servir de ces infos contre moi…), a trop vouloir etre aimée je m’oubliais moi-même, et ce n’est qu’aujourd’hui à 28 ans que je prends conscience que finalement tout ça ne sert à rien… Parce que quoi qu’on dise (ou qu’on ne dise pas) ou quoi qu’on fasse (ou qu’on ne fasse pas) chacun ira de sa petite idée, de son petit commentaire bienveillant ou grinçant… Alors fonce et vis ! Continue d’écrire ! et a bientôt !

    J'aime

      1. Ah bah heuresement que tu te soignes !! On va pas laisser les empêcheurs de tourner en rond gagner !! Et puis même qu’on va se soutenir dans cette bataille 😉 (fut une époque j’avais peur qu’on me lise alors j’écrivais même plus de journal intime… et aujourd’hui un blog !!!)

        J'aime

      2. yeah super !!!! fiou je viens d’écrire mon top 10 des livres que je chéris… Je suis épuisée… ça me fais toujours un drôle d’effet d’aller chercher au fond de moi…

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s